Articles santé

Découvrez nos articles liés à la santé et au bien-être.

08.10.2012

L'intérêt du stretching dans la pratique du sport

De plus en plus de personnes pratiquent régulièrement une ou plusieurs activités sportives. Ces pratiques présentent un nombre important de bienfaits sur la santé de l’être humain...

De plus en plus de personnes pratiquent régulièrement une ou plusieurs activités sportives. Ces pratiques présentent un nombre important de bienfaits sur la santé de l’être humain, mais malheureusement, le sport provoque, quand il est pratiqué trop intensément, certaines pathologies pouvant être prévenues par une “hygiène” musculaire, c’est-à-dire le stretching ou étirement musculaire.

Qu’est-ce que le stretching ?

Ce sont différentes techniques qui ont pour but d’étirer nos muscles afin de permettre d’augmenter l’amplitude du mouvement, facteur susceptible d’améliorer le travail musculaire et l’efficacité du geste.

Il nous suffira d’une simple énumération des aspects positifs du stretching pour en faire comprendre le bien-fondé dans le domaine sportif.

Lorsqu’on entraîne la force, les muscles ont tendance à se raccourcir (exemple : le culturiste qui a les coudes fléchis en permanence en raison du travail trop intense des biceps brachiaux avec comme corollaire une rétraction de ceux-ci) et de ce fait, de diminuer l’amplitude du mouvement. Il est donc aisé de comprendre que le stretching va agir en antagonisme à cet entraînement et va le compléter parfaitement, afin de maintenir un équilibre musculaire.

Grâce à cette technique, il y a une moindre résistance musculaire permettant une amélioration de la souplesse active qui favorisera, d’une part, l’exécution d’une technique sportive correcte et d’autre part, l’augmentation de l’amplitude du mouvement et la vitesse. Nous observerons également une augmentation de la souplesse passive, c’est-à-dire la protection du muscle. En effet lors des mouvements dépassant la limite extrême d’amplitude, le muscle possédera une élasticité suffisante pour éviter toute lésion musculaire (déchirure, rupture,….).

Les étirements diminuent les contraintes au niveau des articulations et dès lors permettent d’éviter toutes usures prématurées (polyarthrose).

Cette méthode favorise également la circulation sanguine post-étirements. En effet, durant l’étirement, les capillaires sont écrasés et au moment du relâchement la perméabilité des vaisseaux augmente, favorisant la circulation sanguine et les échanges cellulaires. De ce fait, les toxines et déchets contenus dans le muscle après un effort physique sont éliminés plus facilement. Il est aisément compréhensible que le stretching agit préventivement sur l’apparition des courbatures, contractures et des crampes.

Certains auteurs ont même décrit une augmentation de l’efficacité de la force musculaire en appliquant des étirements réguliers. Cela peut s’expliquer par la relation tension-longueur du muscle. En effet, la tension que peut exercer un muscle est fonction de sa longueur initiale. Il a été démontré qu’un muscle développe sa force maximale lorsqu’il fait 1,2 fois sa longueur de repos.

Remarque : au-delà de 1,5 fois la longueur du muscle, l’étirement risque d’entraîner des lésions.

Le stretching apporte un effet de relâchement, de relaxation et de bien-être important.

En pratique

Le stretching devrait se pratiquer régulièrement, notamment avant et après l’entraînement sportif. Les étirements se pratiquent de façon douce, sans à coup, ni insistance. On demande en général de tenir l’étirement entre 30 secondes et une minute.

Il n’y a pas de contre-indications concernant le manque de souplesse, l’âge, etc. Néanmoins, une douleur importante doit faire diminuer la tension de l’étirement.

Au niveau de la respiration, elle doit être lente, rythmée et contrôlée. Un blocage de la respiration doit être à proscrire car il a tendance à augmenter la tension musculaire.

En conclusion :

Bien que le stretching soit indispensable à la pratique régulière d’un sport, il n’est pas encore assez utilisé par les sportifs et entraîneurs.